Cette semaine avait lieu la conférence HTC Frequencies à Seattle. Si l’event ne nous a pas révélé de nouvelles choses extraordinaires de la part du constructeur taïwanais, le célèbre invité n’a pas été moins loquace. Mais qui est-il ? Quel est son réseau ? Il s’agissait de monsieur Michael Rayfield, le directeur général de la branche mobile de nVidia. Et il nous a présenté, ni plus ni moins, la roadmap de l’entreprise californienne – qui ne fond pas ses processeurs, comprendra qui lira.

Ainsi nous est prouvé l’existence d’une nouvelle version de la puce Tegra 3 avec un codique T3+ pour Tegra 3+. Ce System on Chip se scindera en deux en fonction de l’usage : smartphones, superphones – smartphones très hauts-de-gamme – et tablettes et les notebooks. Avant d’en venir aux spécifications pures, nVidia nous montre clairement son intention de travailler avec plusieurs OS comme Windows Phone et sa version pour PC ainsi que Linux, en plus de son activité actuelle sur Android. Bien sûr l’entrée de la société dans la Linuw Foundation prend tout son sens avec cette révélation.

Comme le graphique le montre, l’appellation Tegra 3+ ne sera pas commune à toutes les architectures. Parlons d’abord du Grey – pour Jean Grey, as known as Phoenix chez Marvel – qui est un Tegra 3 revu pour incorporer la fameuse norme LTE, vulgarisée par l’appellation 4G – plutôt du 3.9G, la 4G étant la LTE Advanced. Le processeur sera toujours un quadcore ARM Cortex-A9 avec un cinquième coeur Companion pour traiter les tâches de fond peu gourmandes et le réveil de l’appareil. Seule la finesse de gravure sera revue à la baisse avec un passage de 40 nm à 28 nm, ce qui devrait apporter une baisse de l’échauffement et de la consommation du CPU. Le modem maison Icera sera donc de la partie pour la partie LTE. L’entrée sur le marché est prévue entre la toute fin de l’exercise 2012 et le début du premier trimestre 2013. Ce SoC ne devrait équiper que très peu de tablettes LTE-enabled.

L’autre ramification est autrement plus intéressante pour nous, amoureux des tablettes en tout genre – les limites restent posées. Le Wayne – référence à Bruce Wayne, l’état civil de ce cher Batman – est un processeur quadcore ici aussi mais en ARM Cortex-A15, gravé en 28 nm. Un véritable fossé technique avec le Tegra 3 actuel qui devrait amener une hausse de performances générales à faire frémir tous les globules de notre corps. Toujours accompagné par son coeur Companion – architecture 4-PLUS-1 – le nVidia Wayne aura un GPU de 24 coeurs supportant DirectX 11.X, OpenGL 4.X et PhysX. « Comment faire du geek pron, secrets de l’art et applications selon nVidia », voilà le livre de chevet offert à tous les employés de la marque. Le SoC pourra accueillir des modems LTE tiers – Qualcomm en particulier -, la mise en place d’Icera ne semble pas être d’actualité.

Histoire d’achever le filet de bave qui se promène de bas en haut depuis quelques minutes, le Wayne sera clocké de deux façons distincts : une version dite mainstream clockée nativement à 1,2 ou 1,8 GHz et une autre pour les flagships acceptant une cadence entre 1,8 et 2 GHz. Qui a dit que 2012 était une année morose. Espérant que tout ceci sorte vite, le 21 décembre approche à grand pas – facile i know.

via : Tom’s Hardware & SlashGear – crédit photo