Quand on parle de tablette, que ce soit l’iPad ou les autres, on en vient souvent à la question du dessin. Peut-on dessiner sur tablette ? Est-ce que des dessinateurs, designers et autres graphistes peuvent utiliser décemment la tablette tactile comme un outil de travail ? Est-ce l’objet idéal pour coucher à la volée croquis et esquisses ? Comme en comptant les pieds, nous avons quatre mains gauches sur LesArdoises, nous avons préféré interroger les talentueux dessinateurs de Croustination qui vont tenter de vous donner des réponses à notre place.

Uolmo, Helmet et Celibatman, les trois fondateurs de la bande-dessinée web à l’humour le plus noir de France et de Navarre ont pris quelques minutes du temps qu’ils consacrent d’habitude à alimenter leur site – entre 3 et 6 minutes par jour selon nos calculs – pour combler nos lacunes et enrichir notre savoir à propos du dessin sur tablette. Croyez-moi, les réponses ne sont sûrement pas celles que vous attendez et valent le détour. Amoureux des tablettes, ayez l’esprit ouvert, la lecture ne sera pas de tout repos !

—————

  • LesArdoises : Salut Croustination ! Un plaisir pour moi, lecteur fidèle, de vous accueillir sur nos pages le temps d’une interview – cela dit, pouvez-vous présenter le site et vous-mêmes pour nos lecteurs qui ne connaîtraient pas Dr. Craptalk ou le quotidien des maisons de retraite ?

Helmet : Salut, merci de nous reçevoir! Croustination est né fin 2009 de l’envie de se lancer dans l’aventure du “daily comic” avec Axel/Celibatman que je connaissais des blogs Wefrag. J’ai pensé à mon frère Clément/uolmo et l’idée lui a plu, l’équipe de base était formée. Personnellement je voyais ça comme un exercice, une manière de me pousser à continuer de dessiner, j’avais commencé cette démarche avec “le mot de la bite” sur Wefrag, un comic quotidien qui a relativement plu au sein de la communauté mais qui a surtout été un combat contre moi-même pour sortir un dessin par jour.
Dernièrement l’équipe s’est agrandie avec Mapple, un pote rencontré dans un tout autre contexte, le “bike-polo” – oui c’est marrant je sais. Mapple apporte un vrai plus au sein de l’équipe car c’est le seul qui a une veritable expérience de bédéiste et si je me trompe pas il est graphiste et illustrateur de profession.

Je crois que les influences sur Croustination sont diverses, pour ma part ça va des classiques comme Calvin & Hobbes et Dilbert en passant par les incontournables webcomics comme Cyanide & Happiness, SMBC et Nedroid ou d’autres peut-être moins connu comme Three Word Phrase et GunShow.

Uolmo : Uolmo, frère de Helmet – ces noms bizarres sont nos deuxième prénoms donnés par nos parents. J’ai suivi assidument le mot de la bite à l’époque épaulant mon frère dans certaines recherches de blagues laborieuses : l’idée de faire un comique par jour était complètement con et le mettait dans tous ses états. J’ai donc volontiers participé à la création de Croustination pour le décharger un peu et produire quelques blagues moi-même. Les deux autres dessinateurs sont des boulets qu’on traîne pour éviter d’avoir trop de travail.
Je suis aussi un grand grand fan de Calvin et Hobbes qui reste pour moi le must de la BD drôle. J’utilise aussi parfois le quotidien comme inspiration comme mon récent emploi en Maison pour Personnes Âgées ou l’actualité politique.

Celibatman : De mon côté, mes principales sources d’influence restent l’alcool frelaté et les blagues de télépoche. Mais le lecteur assidu sera parvenu à ces conclusions de lui-même.

« Le dessin sur ordi reste pour moi secondaire : rien ne remplacera jamais la sensation du crayon sur le papier. »

  • LesArdoises : Calvin & Hobbes, comme quoi, ils font les gros durs, mais ils sont tout choupi en fait ! Mais venons-en aux ardoises… j’ai cru comprendre que vous utilisiez des tablettes pour vos dessins et croquis… pouvez-vous nous donner les références que ce soit du côté de la tablette “graphique” ou de la tablette tactile ? 

Helmet : Dernièrement j’ai utilisé mon iPad 1 avec le stylus “Bamboo” de Wacom pour quelques dessins. Dans le passé j’ai utilisé le Toshiba M200, un Tablet PC/portable qui utilise la technologie Wacom Penable pour la surcouche “tactile”.

Celibatman : Pour ma part, j’essaye des techniques différentes à chaque dessin. Ca ne se remarque pas toujours sauf quand on voit les cernes sous mes yeux.
J’ai acheté une tablette Windows il y a deux mois, la Samsung XE700T, une sorte de version tactile d’un PC portable. Le plus gros avantage étant d’avoir Windows et donc tous les logiciels que j’utilise habituellement sur une tablette.

Après avoir installé quelques plugins supplémentaires, dont les fameux plugins wacom, je trouve le résultat plutôt prometteur, même si je regrette que la tablette ne gère pas l’inclinaison du stylet – Digitalizer Pen oblige.
Cela dit, le dessin sur ordi reste pour moi secondaire : rien ne remplacera jamais la sensation du crayon sur le papier. Mais si tu fais “Ctrl+Z” sur ta feuille de papier, tout ce que tu obtiens, c’est des traces de doigts.
A l’inverse, la tablette reste un outil vraiment pratique à partir du moment où on peut y utiliser des logiciels qu’on connait bien. C’est probablement la tablette la plus adaptée pour les dessinateurs, mais il reste des progrès à faire notamment sur l’autonomie ou le comportement du stylet quand il approche des bords de l’écran. Vu son prix, je le recommande aux riches désoeuvrés qui veulent un truc plus cher qu’un paquet de post-it pour y écrire des trucs.

Uolmo : J’ai commencé a dessiner en prenant en photo des dessins en noir blanc. Après, j’ai dû tenter aussi de “travailler” directement à la souris pour un rendu très inégal qui jurait avec le boulot fourni par les autres.

Ensuite j’ai travaillé sur une Wacom qu’ Helmet m’a donné mais que j’avais du mal à’utiliser. J’ai dû travailler avec pour une dizaine de dessins avant qu’on ne me refile un scanner pourri mais qui a eu le mérite de marcher tout de suite très bien. En gros je n’ai pas accroché à l’utilisation de la tablette principalemeent par flemme d’apprendre comment la dompter.

« Quand je me lance dans un dessin sur iPad, je me retrouve rapidement avec cette sensation bizarre que quelque chose ne va pas sans savoir ce que c’est, je me sens un peu “homme-tronc du dessin” »

  • LesArdoises : Très intéressant, une belle diversité dans le matos… comme vous connaissez bien ces objets, parlez-nous un peu de la “sensation” du dessin virtuel, un truc que les non-dessinateurs ont du mal à saisir. Êtes-vous aussi à l’aise quand vous dessinez dans le vide sur une tablette que lorsque vous voyez le trait apparaître sous votre stylo ?

Helmet : De mon point de vue la tablette c’est surtout quelque chose de ludique, mon iPad est plus un moyen de super-procrastiner le Crousti du lendemain plutôt qu’un veritable outil de travail. La plupart du temps quand je me lance dans un dessin sur iPad, je me retrouve rapidement avec cette sensation bizarre que quelque chose ne va pas sans savoir ce que c’est, je me sens un peu “homme-tronc du dessin”, mal assis, deux mains gauches, mal à la nuque, claustrophobe… la seule délivrance est le retour au stylo/papier.

Paradoxalement l’iPad procure aussi une incroyable sensation de liberté amenée par les claques techniques, certaines apps, le zoom, les undo et le fait de pouvoir “tailler” ses traits à coup gomme un peu comme dans le graffiti, t’as vu.
Ce sont deux expériences différentes: pour “jouer à dessiner” sans veritable objectif l’iPad est parfait et peut même parfois produire d’assez bons résultats, par contre pour prendre du plaisir à dessiner, avec pour but d’avoir quelque chose avant 2h du mat’, le papier reste l’ultime champion. C’est un peu hors-sujet mais finalement la veritable évolution pour moi c’est au niveau de la prise de note que l’outil numérique prend son sens. J’utilise l’app “Simple Note” – aussi dispo sur le web – qui me permet d’avoir en permanence un moyen de noter et de consulter mes idées stupides – je viens de noter par exemple “signaux de fumée qui puent: nous sommes venus en pets”.

Celibatman : C’est la même sensation que marcher les pieds mouillés sur du carrelage. Mais en moins casse-gueule. Le stylet aura toujours tendance à glisser beaucoup plus sur tablette que sur une feuille de papier. Imaginez que vous dessiniez au doigt sur du verre, avec la possibilité de revenir en arrière. C’est l’impression que ça me donne. C’est pas désagréable, mais c’est pas l’idéal non plus au premier abord  – attention, je n’ai que deux mois d’utilisation de la tablette à mon actif.

Uolmo : La tablette était très agréable à utiliser comme souris et pour travailler sous Photoshop, l’impression de tenir un stylo beaucoup plus naturellement qu’une souris même pour naviguer dans les menus. Ensuite d’un point de vue “dessin” pur et dur je n’ai jamais réussi a obtenir mon tracé avec une tablette, mes dessins étaient sans caractère, trop ronds et lisses et j’avais l’impression d’être dépendant du rendu qu’elle voudrait bien m’accorder. Certains de mes dessins sur tablettes sont simplement affreux, contrairement à ceux scannés et colorés sous photoshop.

Finalement je pense que je suis avant tout guidé par la flemme et un dessin doit me prendre le moins de temps possible. Il m’arrive encore de simplement envoyer  à Helmet des photos prise a l’iPhone de brouillons pas jolis parce que j’ai mal prévu mon planning et que je suis dans l’incapacité de poster le dessin moi-même.

« Paper réagit à la vitesse du mouvement et gère d’une certaine façon les couches successives, un geste de plume lent fera un trait fin alors qu’un trait exécuté rapidement sera beaucoup plus gros , comme si on appuyait avec la plume »

  • LesArdoises : Exactement comme moi quand je dois relayer une rumeur Digitimes. Question à 1000 euroballes : peut-on dessiner sur un iPad ? Est-ce qu’une tablette Windows, comme la “Tablet PC” de Samsung déjà évoquée est plus adaptée ?

Helmet : On peut dessiner sur un iPad mais si l’app ne permet pas de zoomer – Paper par exemple – la précision est limitée. Il faut noter aussi que si l’on ne porte pas de gant de type mitaine de vélo, on ne peut pas appuyer sa main sur l’écran, capacitif oblige… Ca fait pas mal de contraintes mais la réponse reste oui, on peut dessiner sur iPad.
Le Toshiba M200 m’a plus frustré qu’autre chose… mais après tout, c’est un vieux produit, essayez de dessiner avec un portable de 3kg tournant à 60° sur les genoux… Le seul intéret à mes yeux est la technologie Penabled qui permet les niveaux de pression et qui est un plus indéniable par rapport à l’écran de l’iPad – il existe d’ailleurs un projet Kickstarter à ce propos.

Celibatman : On peut dessiner sur une Tablet PC Samsung. C’est faisable. Il y a même une option pour désactiver la détection des doigts : de cette façon on peut dessiner au stylet la main posée sur l’écran. Pas besoin de gant. Mais la sensation et les techniques à employer seront plus proches de la peinture que du dessin, le temps de s’habituer à la tablette. C’est un outil plutôt approprié pour du speed painting que pour du dessin au trait, au premier abord. Mais c’est forcément plus adapté qu’un iPad. De même, pour éplucher les patates, un économe est plus adapté qu’un iPad. L’iPad sera adapté à quelque chose le jour où on aura trouvé à quoi sert un iPad.

« Pour la latence des OS, c’est à mon avis un faux problème. Ce qu’il faut, c’est optimiser la “surcouche stylet” et l’ergonomie générale de Windows. »

  • LesArdoises : On va revenir sur Paper un peu plus loin, après tout, c’est l’application à la mode. Terminons sur la technique : d’après Microsoft, le gros problème des tablettes grand public aujourd’hui est la latence entre l’action à l’écran et la réaction de l’OS. C’est ce qu’ils essaient de corriger. Diriez-vous que c’est le principal handicap pour dessiner ? Qu’en est-il des “points de pression” qu’Helmet vient d’évoquer ?

Helmet : C’est un peu flou, la vidéo montre une app de dessin à titre d’exemple mais j’ai l’impression que le mec de chez Microsoft parle de la latence en générale. Bien sûr qu’une latence de 0 sera toujours meilleure qu’une latence de 100ms, mais je trouve que c’est un peu trop vulgarisé dans la video. De toute façon la latence sera toujours différente d’une app à une autre non ? C’est le cas sur iOS en tout cas.

Comme le dit Axel, le problème c’est qu’à part les écrans Cintiq Wacom à 1 milliard de dollars, il n’y a pas de produit “grand public” conçu pour le dessin, pas à ma connaissance en tout cas. Et de toute façon cela resterait un marché de niche dans le meilleur des cas, je ne vois pas trop qui pourrait se lancer la dedans… Pour résumer je pense qu’on peut dire que non, la latence n’est pas le principal obstacle pour le grand public, car il n’y a simplement pas de grand public dans ce marché.

Pour donner un contre-exemple j’ai pu tester une alternative un peu spéciale dernièrement, la Boogie Board. La latence est de 0 étant donné que les pixel changent d’état physiquement dès qu’on touche la surface. Le problème, c’est pour récupérer ses dessins : la première version de la BB ne permettait tout simplement pas de sauvegarder et la v2 sauvegarde un fichier pdf qui n’a absolument aucune information d’épaisseur de trait et dont la fidélité laisse à désirer. Cela dit j’aime assez l’idée d’avoir une tablette super cheap, format A6 pour prendre des notes et des petits croquis rapides.

Celibatman : Les points de pression c’est typiquement le genre de truc que tu remarques quand tu poses trop violemment ton stylet sur l’écran : ça donne un début de trait très gros qui rapidement devient extrêmement fin avant de reprendre de l’épaisseur. Dans le reste des cas je dirais que c’est moins important qu’on pourrait le croire puisqu’on peut compenser le tout par la sensibilité du stylet.
Pour la latence des OS, c’est à mon avis un faux problème. Ce qu’il faut, c’est optimiser la “surcouche stylet” et l’ergonomie générale de Windows de façon à solliciter le clavier le moins souvent possible. Sur ma tablette, je n’ai pas senti de ralentissement ni une latence particulière.
En réalité, le problème c’est tout simplement que personne ne fabrique de tablettes en ayant les dessinateurs à l’esprit. D’abord parce qu’en la matière, tout reste encore à faire et ensuite parce que par définition, un dessinateur n’achète pas au coup de coeur une techno qu’il pourrait compenser par du papier et des stylos.

A propos de la gamme Galaxy Note : « Aucun intérêt de présenter des tablettes sur des OS naissants n’ayant pas de softs de dessin reconnus et rôdés. On a l’impression qu’il nous fallait absolument un stylet tout naze pour écrire qu’on a besoin d’une nouvelle paire de pompes. »

  • LesArdoises : Aucun constructeur ? Samsung a peut-être une solution… vous êtes-vous intéressés aux modèles grand public de la gamme Galaxy Note, qui prétendent redécouvrir le stylet et offrir de nouvelles possibilités aux dessinateurs ?

Helmet : Bof, je préférerais plutôt que l’app que j’utilise pour prendre des notes sur iPhone me permette d’ajouter un petit croquis dégueux en 1 bit plutôt que de me trimballer cet appareil qui me semble un peu avoir le cul entre deux chaises.

Celibatman : Absolument pas ! Aucun intérêt de présenter des tablettes sur des OS naissants n’ayant pas de softs de dessin reconnus et rôdés. Je préfère de loin rester sur des technologies que je connais et que je maitrise, dans leurs versions complètes. Et puis rien qu’à voir les publicités, on a l’impression qu’il nous fallait absolument un stylet tout naze pour écrire qu’on a besoin d’une nouvelle paire de pompes. Si le stylet n’est là que pour nous permettre de tracer un trait sans pression, tout aliasé, autant dessiner à la souris sous paint.

Uolmo : Ni l’argent ni l’intérêt, encore une fois stylo papier scanner, c’est moins cher.

Un conseil pour les débutants ? « Photoshop, un scanner, un crayon gris ou bleu et un stylo fin noir, du papier pas cher. »

  • LesArdoises : Parlons un peu accessoire alors, vous devez bien avoir vos petits chouchous du côté des stylets ? Quels sont les modèles que vous pourriez recommander à des dessinateurs débutants ou amateurs ?

Helmet : Sur iPad le Bamboo Stylus est plutôt sympa, j’attends des retours sur le “Cosmonaut” (NDR : ils auraient pu l’appeler « tampax ») de Studio Neat. Pour la vraie vie je conseille le crayon/stylo sur n’importe quelle feuille : j’aime beaucoup le combo Pentel Sign Mat sur papier laser un peu glaçé volé au boulot, un scanner et un petit script Photoshop pour enlever le blanc de la feuille et les traits de crayon gris.

Celibatman : Aucune idée. Je vais faire mon rabat-joie, mais je conseillerais d’abord aux dessinateurs en herbe d’essayer différents stylos – feutres, encreurs, rapidographes, posca etc. -, d’observer les avantages et inconvénients de chacun, puis émuler ces types de stylos sur tablette via les options de brush. Comme ça je réponds complètement à côté de la question tout en passant pour un vieil aigri. D’une pierre deux coups.
Plus sérieusement, j’utilise le stylet livré avec ma tablette, donc un Digitilizer pen. Sympa mais il n’y a pas d’inclinaison du stylet et la mine glisse autant qu’un stylet Wacom avec la pointe de base.

Uolmo : Photoshop, un scanner, un crayon gris ou bleu et un stylo fin noir, du papier pas cher.

Celibatman : Uolmo a raison ! L’autre jour, j’ai acheté des feuilles transparentes et deux posca – un noir, un blanc – pour dessiner en “profondeur”, un personnage sur chaque calque, un calque de fond et un calque de premier plan : comme sur Photoshop mais en vrai ! Résultat: pour moins de 20€ j’avais une petite scène format A4 en “3D” – toutes les feuilles, séparées de 5mm, présentées dans un petit cadre à photo un peu profond. Ca coute moins cher qu’une tablette et c’est plus gratifiant.

  • LesArdoises : Snif, je n’aurais jamais dû vous interviewer, je vais perdre mon lectorat ! Quand même, à choisir, vous préféreriez écrire sur un rouleau de PQ avec un crayon à papier ou sur Paper pour iPad ? D’ailleurs, comme vous semblez l’avoir testée, qu’avez-vous pensé de l’application ?

Helmet : Ca dépend de la mine du crayon, avant du 3B, dont la dureté se rapproche de celle d’un petit caca vigoureux, impossible de dessiner sur du PQ. Du coup je choisis l’iPad et “Paper”.
Blague à part j’ai fait quelques dessins sur “Paper”, j’aime bien leur approche d’outils dynamiques qui donnent assez rapidement un rendu plus vivant que sur d’autres app – je pense à Idea de Adobe par exemple, que j’aime beaucoup ceci dit. Paper réagit à la vitesse du mouvement et gère d’une certaine façon les couches successives, un geste de plume lent fera un trait fin alors qu’un trait exécuté rapidement sera beaucoup plus gros, comme si on appuyait avec la plume.

L’outil de coloriage simule l’écoline, si l’on reste ou repasse trop au même endroit on aura l’impression que le papier se mouille, un geste rapide déposera lui très peu de matière. De nouveau, une app à forte dimension ludique mais malgré tout au rendu plutôt intéressant je trouve. Dans les moins, à attribuer à une quête de mimétisme du réel trop poussée, je noterais l’absence de calque et de zoom.

Celibatman : Pas testé mais j’ai déjà dessiné des blagues de merde sur un rouleau de PQ, dans un évident souci d’allier le fond à la forme, et le moins qu’on puisse dire c’est que ça accroche la pointe du stylo, chose surprenante car je m’étais déjà servi de ce PQ d’une façon plus traditionnelle et n’avais pas remarqué que ça accrochait.

Uolmo : Je tenterais bien de faire popo directement sur un iPad. sinon je pense préférer Paper sur iPad car même si je ne l’ai jamais utilisée, il doit être très difficile de trouver un papier toilette qui permette de dessiner correctement.

  • LesArdoises : Ouf, on arrive quand même à un consensus tablette > PQ. En tout cas merci pour cet entretien, si vous avez quelque chose de moralement incorrect à ajouter, c’est le moment !

Helmet : Merci à toi et vive les crousti-mondes! Un petit appel à l’aide à propos de mon iPad, j’ai dernièrement cherché à l’utiliser comme table lumineuse, le souci c’est que même à travers plusieurs feuille de papier l’écran reste sensible au toucher… je cherche donc une app, ou un moyen d’utiliser une app comme “Flashlight” (NDR : à ne pas confondre avec Fleshlight) en table lumineuse de manière efficace, sans devoir utiliser un gant si possible.

Celibatman : Je n’ai rien de moralement incorrect à dire, mais je profite de l’occasion pour m’adresser aux férus de dessin et de nouvelles technologies : j’ai récemment acquis un stylet Inkling, pour réaliser que c’est vraiment pas l’idéal pour dessiner dans le métro, la pointe du stylo est aussi l’endroit où est rangée l’antenne, il faut donc le tenir plus haut pour dessiner – je déteste ça -, et la réception radio laisse à désirer dans des endroits clos de type métro ou train. Le résultat, c’est que les traits reproduits par le stylet sont légèrement décalés les uns par rapport aux autres. Il eut été intéressant de la part de Wacom d’indiquer en gros sur la boite que de façon à éviter les interférences, il était préférable d’utiliser l’Inkling uniquement en plein milieu du désert de Gobi. Je retenterai l’expérience dans des endroits moins exposés au Wifi, mais si votre côté dessinateur enthousiaste vous poussait à vouloir ce produit, je vous conseillerais de l’essayer avant de l’acheter, histoire de voir si c’est un outil qui vous convient ou un simple gadget. Et demandez-vous exactement dans quelles conditions vous l’utiliseriez.
Ah et sinon, saviez-vous qu’il existe une méthode pour calmer les bébés qui consiste à leur pivoter la tête selon un angle de 360 degrés ? Effet immédiat, et ça coûte moins cher qu’une tétine.

Uolmo : Merci de votre intérêt et bonne chance Nicolas !

Encore merci à Crousti, c’était génial ! Vous pourrez retrouver les trois compères et le grand Mapple sur Croustination tous les jours ou presque et le dimanche sur Nofrag. Ou le samedi. Quoique, des fois, c’est le lundi.