Alors qu’Apple domine toujours le secteur du haut de gamme sur tablette tactile, la place de l’entrée de gamme reste ouverte en Europe où nous n’avons pas d’équivalent au Kindle Fire, proposé à un prix plancher et tourné vers les services multimédia et le divertissement tactile. Ca, Google et Amazon le savent très bien, et si les rumeurs d’une Nexus Tab se confirment lors de la Google I/O, la conférence annuelle de Google se tenant fin juin, il faudra être très réactif pour occuper le marché rapidement, au risque de se retrouver avec un nouveau quasi-monopole.

Si Google a sorti son Play Store au niveau international avant de proposer le matériel qui pourrait le servir de manière optimale, Amazon a très largement réservé ses services au territoire américain. L’Amazon App Store n’a jamais été officiellement disponible en Europe et le Kindle Fire n’a pas passé les frontières du vieux continent – et même si ça avait été le cas, son intérêt aurait été très limité sans l’offre logicielle associée. Tout ça doit changer : après l’explosion des ventes avant Noël, des chiffres récents ont montré qu’Amazon avait du mal à continuer à vendre sa tablette aux USA.

C’est là que les informateurs du site AllThingsD interviennent : on s’autorise à dire dans les milieux autorisés que l’App Store pourrait être déployé en Europe dès la fin de l’été, et une éventuelle sortie du Kindle Fire dans la foulée – ou de la prochaine version – n’est pas à exclure. Avec son contenu premium, ses applications choisies minutieusement et son interface liée aux comptes Amazon – lire, à leurs cartes bleues -, la mondialisation de cet App Store pourrait être un pied de nez au Play Store qui peine à séduire les développeurs d’applications tablette, faute de revenu conséquent, les utilisateurs Android rechignant souvent à sortir leur porte-monnaie virtuel.

En plus, marché alternatif oblige, ce n’est plus Google qui toucherait un pourcentage sur les applications, mais bien Amazon. Bref, ces rumeurs sont pertinentes et de toute façon, il faudra bien qu’un jour Amazon s’exporte : même si le marché européen n’est pas aussi simple à mettre en place que le marché US, la faute aux législations qui diffèrent à l’échelle nationale, il reste une source de revenus très importante et qui ne demande qu’à être servie.