Dur d’enchaîner après un titre de si bonne qualité. Avouez qu’il ne sera pas évident de prononcer la référence de cette machine avec deux bouchées de rouleaux de printemps à peine ingérées et une basse rasade d’alcool de riz. Récapitulons. Titre haut-de-gamme : fait. Blague à grand renfort de clichés : fait. Revenons au sujet principal de cette news qui n’est bien évidemment pas l’art de créer des appellations de produits foireuses. Les tablettes sous Android 4 pullulent, sous toutes les formes,  dans tous les formats possibles. Le 16:10 a ses réfractaires, il permet de profiter de ses vidéos en paysage et la navigation internet est agréable mais une fois passé en portrait, la prise en main n’est généralement pas bonne, encore plus quand le poids n’est pas bien réparti.

La tablette d’Apple a choisi d’utiliser un format 4:3 qui répond bien à tous les usages, en posant un bémol pour la lecture de vos vidéos de vacances et de celles où votre petite tête blonde met un pied devant l’autre. Les ventes plus que conséquentes de l’iPad ont donné un grand nombre d’opportunités et d’idées à la concurrence : récupération des écrans IPS, reprise du form factor etc.

C’est dans cet esprit-là que se positionne cette MarquisPad MP977 : 9,7 pouces dans un format 4:3, une résolution de 1024 pixels par 768, un SoC Texas Instruments double-coeur OMAP 4430 – le même que les Motorola RAZR et LG Optimus 3D – aidé par 1 Go de RAM DDR2. Tout ceci tourne sous Ice Cream Sandwich, sans la certification Google comme semble le confirmer le visuel de l’article – l’application Musique. La mémoire embarquée est chiche avec seulement 2 Go. Heureusement, et contrairement à sa grande soeur spirituelle, le port SD est de la partie. Le reste des caractéristiques, absolument classiques, sont disponibles sur le site de Matsunichi.

A noter l’usage, comme l’iPad – encore lui – ou la gamme Transformer, d’un port propriétaire pour charger la tablette et non un simple port microUSB. Trois coloris disponible pour un prix conseillé de 249$. Les tablettes Android continuent leur course au marché de l’entrée et du milieu de gamme, avec des spécifications en hausse constante. Si les constructeurs ne semblent pas s’imposer par le nombre face au géant à la pomme, alors la bataille se jouera sur un front plus bas. Dans la jungle des ardoises, le prix et l’image font la loi. Renverser l’ordre établi s’annoncent complexe pour nombre d’acteurs de ce marché. La sélection naturelle est implacable.

via : Engadget