Test du Galaxy Note II N-7100

Plus grand constructeur de mobile, Samsung a construit son succès sur sa grande flexibilité. En observant les tendances du marché, la compagnie a su s’immiscer sur de nombreux segments en s’appropriant les formules qui marchent, mais parfois elle sait prendre les devants et créer un produit vraiment original comme ce fut le cas pour le Galaxy Note.

Test du Galaxy Note IILe smartphone de 5.3 pouces avait créé une nouvelle catégorie de mobile : Le Phablet, qui semble avoir bien marché puisque 10 millions de Note ont étaient vendus la première année. Ce succès assez inattendu a attiré sur ce marché de nombreux concurrents qui se lancent dans la bataille. Toutefois 1 an après,  alors qu’aucun constructeur n’a encore proposé encore un concurrent sérieux face à l’appareil de Samsung,  la firme coréenne nous dévoile la nouvelle mouture du Galaxy Note.

Le Galaxy Note II, à l’instar de son prédécesseur, a été annoncé à l’IFA de Berlin. Tout comme le Note original, le II est un smartphone imposant avec un écran encore plus grand de 5.5 pouces, une plus grosse batterie, un nouveau design et d’autres nouveautés que nous aurons l’occasion de voir dans la suite du test.    

En effet, LDLC a organisé un jeu concours auprès de sa communauté Facebook à l’occasion de la Journée du Geek pour élire le « Geek Expert ». Le gagnant du concours se voyait remporter la possibilité de tester chaque mois un produit nomade (smartphone ou tablette) choisi par la communauté. C’est Luc alias Stannell qui a remporté ce concours et c’est donc lui qui a eu la chance de tester le Galaxy Note II. LDLC s’est associé à Humanoid pour proposer les tests de Luc sur les différents blogs du réseau (FrAndroid, FraWin, LesArdoises et FraBada) en fonction du produit testé.

Un petit tour d’Horizon avant de commencer.

  • Quadri-band GSM et quadri-band 3G jusqu’à 21 Mbps
  • Ecran Super Amoled HD de 5’5”(1280X720) ; Corning Gorilla Glass 2
  • Android Jelly Bean 4.1 + TouchWizz
  • SoC : Exynos 4412 Quad
  • CPU : Quad-core Cortex-A9 à 1.6 Ghz
  • GPU : Mali-400MP4 ; 2GB de RAM
  • S Pen
  • APN 8MP arrière, video 1080p 30ips; APN avant 1.9MP, video 720p 30ips.
  • 16/32/64GB + slot microSD
  • Dual-band Wi-Fi 802.11 a/b/g/n
  • NFC
  • Bluetooth v4.0
  • Dimension : 151.1 x 80.5 x 9.4 mm
  • Support de nombreux codecs vidéo et audio
  • Batterie de 3100 mAh

 

Le Galaxy Note II est sans doute ce que Samsung a de mieux à offrir, la dernière génération de processeur de Samsung (on va dire qu’on n’a pas vu le nouveaux ChromeBook et la Nexus 10), un nouveau type d’écran AMOLED, un nouveau design et un stylet amélioré.

N’oublions pas non plus que le Note II est membre du club très privilégié des appareils qui embarquent Jelly Bean 4.1 dès sa sortie. En plus de cela s’ajoute la surcouche Touchwizz Nature UX, une interface retravaillée adapté au stylet et qui embarque des nouvelles fonctionnalités et gestures.

 

Design, Finition

Commençons comme d’habitude par le design de l’appareil. C’est un grand appareil qui mesure 151.1mm en longueur sur 80.5mm de largeur et une épaisseur de 9.4 mm, l’écran mesure 5’5 ‘’ et le tout pèse quelques 183g. La coque arrière de l’appareil est en polycarbonate avec un traitement « hyperglaze », la face avant est entièrement recouvert d’un verre Gorilla Glass 2. Qu’est-ce que ce traitement « hyperglaze », c’est une couche de plastique transparent qui recouvre la partie «colorée » de la coque pour imiter l’image d’un galet mouillé et qui donne cet effet glossy, c’est un des élément du design inspiré par la « nature » que Samsung met en avant avec la génération 2012 de ses smartphones.

Test du Galaxy Note II

Test du Galaxy Note IIAu dos de l’appareil nous retrouvons bien évidemment l’appareil photo et son flash ainsi que le haut parleur. Il y aussi l’encoche pour enlever la coque arrière qu’on distingue en haut à droit de l’appareil.

Test du Galaxy Note II

A gauche on retrouve le bouton +/- pour régler le volume du son.

Test du Galaxy Note II Le bouton pour allumer et éteindre est à droite.

Test du Galaxy Note II

Le bouton accueil en bas au milieu, il est un peu différent de celui du Galaxy Note I, plus carré, et du S3, plus ovale.

Test du Galaxy Note II

En haut on retrouve les capteurs de lumière, la caméra avant, le détecteur de proximité et le haut parleur sous la forme d’une barre métallique.

Test du Galaxy Note II

Comme mentionné plus haut, le design est presque identique à celui du Galaxy S3, un liseré argenté entoure le capteur, il est plus surélevé par rapport à la coque et permet de protéger l’optique. Par contre l’emplacement est le même que sur le Note original, le flash se trouve à droite de l’apn et le haut parleur au lieu d’être à cet endroit comme sur le S3 se situe en bas à gauche de l’appareil. On remarque bien sûr juste en dessous l’emplacement du stylet et au centre le port USB ainsi qu’un micro plus à droite.

Test du Galaxy Note II Le Galaxy Note II est un mélange intéressant entre le Galaxy S3 et le Note. Le nouveau Note reprend le design du Galaxy S3 mais l’arrangement est quasi-identique que son prédécesseur : l’emplacement du stylet, du haut-parleur, jack 3.5 mm, des APN-flash, le bordereau argenté qui forme les contours sont exactement les mêmes.

Toutefois Samsung a vraiment essayé de faciliter la prise en main de l’appareil. La première et surement la plus importante est la largeur, contrairement au Note I qui avait une résolution de 1280×800 (WVGA) en 16 :10, le II a une résolution de 1280×720 en 16 :9. Le résultat est qu’on passe de 83mm à 80.5 mm de large, 2.5mm peut paraître insignifiant mais le confort de la prise en main entre les deux est complètement différent. La seconde modification apporté par Samsung est l’emplacement des boutons allumer/éteindre et volume, alors que sur le Note original le bouton allumer était tout en haut de la tranche droite, il est maintenant plutôt vers le milieu juste un peu au dessus de l’endroit où on positionne le pouce. Le même est valable pour le bouton du volume.

Pour ce qui est de finition de l’appareil, elle est sans aucun doute plus que correct. Le dos glossy peut paraître glissant, mais il est en réalité moins glissant que des coques mates. L’ensemble ne craque sous aucun prétexte, les 180g sont bien répartis et l’ensemble ne paraît pas lourd. C’est un appareil tout à fait satisfaisant de ce coté là, sauf pour un problème que j’ai eu aussi sur mon S3, le dos de l’appareil se raye très facilement sans raison apparente.

Nous en venons finalement au design. Bien que je ne sois pas fan du plastique glossy, je trouve que le Galaxy Note II n’est pas laid. Il faut aussi dire que mon Galaxy S3 et ce Note II sont tout deux respectivement les versions « pebble blue » et « titanium  gray », je dois dire que j’apprécie bien l’effet métal brossé sous la couche brillante de plastique.

 

Batterie – 3100mAH

Le test de l’autonomie de la batterie a été sans doute la partie la plus longue à réaliser. Dans le test de l’Optimus 4X, j’avais fait plusieurs mesures très sommaires, sans grande préparation que je n’avais réalisé qu’une fois. Pour le test de l’Asus Infinity je n’ai pas eu le courage de le faire et j’ai complètement zappé cette partie. Mais cette fois-ci l’autonomie est un aspect important de ce téléphone donc je me suis attelé à la tâche et fait de la manière la plus sérieuse possible ces tests.

Mis à part l’écran et le S Pen, la batterie est sûrement l’une des parties les plus intéressantes de ce téléphone. Comme je l’ai mentionné le Note II est équipé d’une batterie de 3100mAH, soit 19% plus gros que celle du Note original (2500mAH) ou aussi 32% plus gros que celle du Galaxy S3 (2100mAH) mais légèrement moins important que celle du RAZR (HD) Maxx (3300mAH). Toutefois le RAZR Maxx  contrairement au Note II, n’a pas un écran AMOLED géant et un processeur quad-core à alimenter.

Un des tests principaux est l’autonomie en navigation internet. L’appareil charge une page internet indéfiniment jusqu’à que la batterie lâche. Le test se déroule avec l’écran à 50% de la luminosité en Wifi et en 3G. Le second test que j’ai effectué est l’autonomie en lecture vidéo, comme son nom l’indique le smartphone lit un fichier vidéo (en 720p) encore et encore jusqu’à s’éteindre.

Test du Galaxy Note IIEn navigation Wifi, le Note II s’en sort plutôt bien, surtout avec un écran Amoled aussi grand, la batterie de 3100mAh du téléphone permet de le faire tenir un peu plus de 8 heures. En 3G, le Note tient toujours très bien la charge avec presque 6h et quelques minutes. La même chose est valable avec la lecture vidéo avec plus de 12h.

Globalement, l’autonomie du Samsung n’est pas compromise par la présence d’un processeur quad-cœur ou la consommation d’un écran AMOLED géant. C’est ce dernier qui reste le plus gros consommateur d’énergie, voici ce que vous verrez la plupart du temps :

Test du Galaxy Note II

Le Galaxy Note II tient facilement une journée en utilisation intensive, par exemple : Le jour où j’ai pris cette capture d’écran, j’avais testé Google Now en anglais un peu moins d’une heure, puis une de navigation sur Internet, passé quelques appels, pris pas mal de photos et vidéo, à la fin de la journée il me restait encore près de 30% de la batterie. Je pense qu’avec une utilisation normale-modéré on tient de 2 à 3 jours.

Pour l’instant, le graphique est un peu vide mais dans les mois prochains, avec les autres mobiles que je testerai, le tableau se remplira au fur et à mesure. Je pensais aussi à faire un test d’appel, mais dû à des soucis matériels mais aussi de temps (oui parce que pour ce genre de téléphone ça dure au moins 20h chaque essai) j’y ai renoncé, mais il se peut que je l’inclue dans de futur tests.

 

SoC et performance – Exynos 4412

L’Exynos Quad commence quelque peut à être connu. Ce n’est pas une surprise puisque c’est le processeur qui équipe un smartphone vendu à 30 millions d’exemplaires.

Celui-ci est plutôt simple, il est composé de 4 cœurs A9 à 1.6Ghz, d’un gpu Mali-400MP4 à ~400Mhz, l’ensemble est gravé en 32nm HK-MG.

L’Exynos 4412 reste assez similaire au 4210 qui équipait entre autre le Galaxy SII, le processeur gagne 200Mhz (soit un gain 12.5%) et le GPU gagne 133Mhz (un bond de 66%). C’est dans l’efficacité énergétique que le 4412 s’est amélioré, les cœurs ARM sont maintenant asynchrone et la finesse de gravure gaspille moins d’énergie.

Commençons par quelques tests JavaScript.

Test du Galaxy Note II

Test du Galaxy Note II

Le Galaxy Note II fait sans doute les meilleurs scores sur Android. Les résultats de ces deux tests sont fortement lié au CPU et au navigateur, les 3 appareils sont équipés de quatre cœurs A9 à une fréquence allant de 1.4 à 1.6Ghz, si Samsung devance aussi largement ses concurrents, c’est grâce à sa maitrise logiciel.

Le test suivant s’agit de GLBenchmark 2.5.1. C’est une simulation de jeux appelé Egypt, depuis la version 2.5 il y a une version HD et les tests en Offscreen (qui se déroulent indépendamment de la résolution de l’écran) se passent en 1080p.

Test du Galaxy Note II

Test du Galaxy Note II

Test du Galaxy Note II

Le Mali-400MP4 est toujours aussi performant. Sans surprise le Galaxy Note II donne des résultats similaires au S3 ce qui est normale puisque c’est le même gpu qui les équipe.

L’année dernière, le Mali-400 du Galaxy SII était resté roi sur Android, il n’a été détrôné qu’à l’arrivé … du SIII et de la même puce à une fréquence plus élevée. Heureusement cette année l’Adreno 320 (gpu de l’APQ8096 ou S4 Pro) est de la partie, notamment dans le LG Nexus 4 et LG Optimus G. Les résultats sont claires, le Mali n’est plus le plus performant sur Android.

Néanmoins l’Exynos 4412 couplé à Jelly Bean forment un duo très capable, il sera rare de voir quelqu’un se plaindre de lenteur dans l’interface ou d’inconsistance dans les derniers jeux 3D.

 

Ecran – Un nouvel AMOLED

Cela doit bien faire presque 5 ans que Samsung utilise des écrans Amoled sur ses smartphones haut de gammes. C’était en 2010 que le Samsung nous présentait le premier écran Super Amoled, en 2011 c’était le premier écran Super Amoled +, de même aujourd’hui en 2012 la firme coréenne sort une nouvelle version d’Amoled.

Le SAMOLED en 2010 était une petite révolution pour l’époque. A cette époque les LCD et AMOLED sur mobile étaient très mauvais, peux lumineux et très réflectifs. Le Super Amoled était grand un bon avant pour les écrans de smartphone. Plus efficient donc plus lumineux et surtout beaucoup moins réflectif, c’était sans conteste le meilleur écran pour la visibilité en extérieur.

En 2011, Samsung avec son Galaxy S2 a sorti le premier AMOLED avec une matrice RGB, le SAMOLED+. Originellement, les rumeurs laissaient à supposer que le SIII serait aussi équipé d’une matrice RGB ce qui s’est révélé faux. La même rumeur a circulé avec le Note II, rumeur qui a semblait être fausse encore une fois. Il s’est avéré finalement que l’écran utilisait un arrangement de sous-pixels nouveaux.

Ce nouvel arrangement (qui pourrait s’appeler S Stripe), contrairement au RGBG (pentile) où un pixel est composé de 2 sous-pixels soit vert-bleu soit vert-rouge, est composé d’un grand pixel bleu et d’une ligne de pixel vert et une autre de rouge soit 3 sous-pixels. Malheureusement je n’ai pas de microscope sous la main mais GSMArena l’a très bien fait, voilà ce que ça donne.

Test du Galaxy Note II

Le problème des écrans Amoled est que les LED bleu, en plus d’avoir une durée de vie moindres que les deux autres couleurs, sont biens moins efficientes, ce qui requiert d’avoir soit des LED bleus plus grands soit qu’ils utilisent plus d’énergie pour avoir le même niveau de luminosité que les deux autres couleurs. Ce nouvel arrangement permet aussi bien de ne pas augmenter la consommation énergétique de l’écran ou raccourcir la longévité des LED bleus mais aussi de ne pas sacrifier de sous pixel contrairement au pentile.

On pourrait croire que le Galaxy Note II (265 PPP) a une résolution inférieure au Note original (285PPP) en se basant sur la taille et la définition de l’écran, alors qu’en fait le Note II a plus de sous-pixels et donc un affichage plus précis. Pour un écran plus grand et une résolution quasi-identique du pentile n’aurait pas été acceptable, avec ce nouvel arrangement la densité de sous pixel est assez importante pour qu’on ne puisse pas distinguer les pixels.

Samsung a plutôt privilégié la batterie au détriment de la luminosité, l’écran Note II n’est pas très lumineux, aux alentours de 250-60 nits soit un peu moins que le SIII aux alentours de 300 nits, un résultat moyen même chez ce type d’écran. Comme tous les Amoled, lorsque l’écran affiche du noir les sous-pixels s’éteignent donc ils n’émettent presque pas de lumière.

Pour ce qui est de la représentation des couleurs ou gamut des couleurs, l’écran Amoled du Galaxy Note II est très saturé, il couvre une gamme de couleur bien plus grand que le standard sRGB. Il est peu plus saturé que celui du SIII, surtout ce qui est du bleu et du rouge, néanmoins ce n’est pas le pire chez les écrans Amoled. La température des couleurs est aussi un peu déséquilibré, le blanc tire nettement vers le bleu, assez similaire à l’Iphone 4S mais plus que le SIII. Globalement la calibration du Note II est un peu moins bonne que celui du SIII, mais ce n’est pas très important, c’est un détail que peux de gens remarqueront et les couleurs pétillantes de cet écran émerveilleront plus d’un.

Comme je l’ai mentionné, Samsung a préféré sacrifier la luminosité au profit d’une bonne autonomie, un choix que Samsung a fait depuis le SIII. L’aspect le plus important pour une bonne visibilité en soleil est sans aucun doute la réflectivité, la plupart des LCD qui équipaient les mobiles d’il y a quelques années avait de forte luminosité mais étaient très réflective et avait donc une visibilité en extérieur médiocre. Le Super Amoled au contraire avait une luminosité plus faible mais une réflectivité nettement inférieure, ce qui lui permettait d’avoir une très bonne visibilité au soleil. Mais depuis les LCD sur mobiles se sont grandement améliorés avec une baisse significative de la réflexion et de même qu’une hausse de la luminosité grâce à des nouvelles technologies de transistor. Toutefois les écrans Amoled ne sont pas devenus mauvais pour autant, et celui du Galaxy Note II reste tout à fait lisible en plein soleil malgré tout, mais les jours où le Super Amoled était roi en extérieur est fini.

(Il faut aussi noter que cela ne s’applique qu’à de rares LCD qui équipent des smartphones haut de gammes et que sur les smartphones moyen ou entrée de gamme, l’Amoled reste roi.)

 

TouchWizz Nature UX et Jelly Bean

Contrairement à l’année dernière, Samsung a équipé le Galaxy Note de la dernière version d’Android, Jelly bean 4.1 accompagné de sa surcouche TouchWizz. Les différences sont assez subtiles par rapport à ce qu’on a sur le SIII et TouchWizz les rend encore moins visibles.

Je ne sais pas s’il est nécessaire de faire une présentation de cette surcouche (puisque près de 30 millions de gens l’utilisent au quotidien et encore plus ne doivent pas y être étranger), mais autant faire une présentation rapide.

On commence par le bureau d’accueil. On y rajoute des widgets et des raccourcis d’application depuis le tiroir des applications. On peut en avoir 7 bureaux au maximum qu’on peut réarranger et supprimer.

Test du Galaxy Note II Passons à la galerie. C’est l’un des changements notable avec le Note II par rapport à ce qu’on sur le S3. Par défaut, lorsqu’on navigue dans la galerie on a une barre à gauche qui permet de naviguer entre vos différents albums. En cliquant sur l’icône en haut à droite on peut changer le mode de vue pour une vue en carrousel ou une autre en colonne.

Test du Galaxy Note II

Dans le même genre, nous avons un éditeur de photo. Il s’agit d’un éditeur assez basique avec pas mal de fonctions comme la gestion du ton des couleurs, du contraste, l’exposition etc…

Test du Galaxy Note II

Passons maintenant au lecteur de musique. Samsung ne communique pas particulièrement sur la musique ou la qualité audio de ses appareils, il n’empêche que Samsung fait un travail honorable. Au démarrage, en haut on a la liste des onglets (artistes, chansons, albums etc…), au milieu le contenu des onglets, en bas la barre de lecture avec à sa droite un bouton qui permet d’aller vers la page de lecture ou la liste en cours et à droite le bouton pour les égaliseurs.

Test du Galaxy Note II

Il y a un certain nombre d’égaliseurs préinstallé et vous pouvez bien sûr en créer de nouveaux vous-même.  Sans oublier le « coin musique » introduit avec le S3, fonctionnalité qui permet selon votre humeur la musique qui vous plaira, en sélectionnant entre les quatre tons : passionnant, passionné, joyeux, calme.

Test du Galaxy Note II

Je vais aussi en profiter pour faire quelques commentaires sur la partie audio du téléphone. Commençons par les haut-parleurs, le son est dans la plupart des situations clair et peu saturé, le volume peut aller très haut  au détriment de la clarté mais dans un environnement bruyant ça peut s’avérer utile. De plus le son est assez naturel avec peu de distorsion, ça reste encore peu adapté pour écouter de la musique mais ça reste clairement un des meilleurs haut-parleurs sur portable aujourd’hui.

Pour ce qui est de la qualité audio, je suis loin d’être un expert en la matière donc je vais essayer de donner mon avis sans trop m’étendre. Le Galaxy Note II est équipé du décodeur audio Wolfson WM1811, en l’occurrence le même qui équipe le Galaxy S3 et le Note 10.1. C’est une puce similaire à celle qu’on trouve sur le Galaxy S premier du nom, le très réputé Wolfson WM8994, loué des audiophiles. L’écoute est très agréable de ce que j’ai pu entendre avec un UE500, sur certains DAC de moins bonne qualité comme celui du Tegra 3 ou le Yamaha YMU823 (celui du SII) on peut entendre des grésillements du CPU lorsqu’on écoute attentivement, ici ce n’est pas le cas.

Test du Galaxy Note II

Samsung a fait un remodelage profond du tiroir des notifications qui comprend maintenant un très grand nombre de raccourcis pour les paramètres ainsi que la barre pour régler la luminosité de l’écran. Cela peut paraitre trivial, mais la présence de ces raccourcis à un endroit accessible dans n’importe quelle situation est un énorme plus qui vous manque très vite sur d’autres smartphones.

Héritage du S3, le Note II a aussi le pop up player qui ouvre une fenêtre redimensionnable pour voir vos vidéos, avec le grand écran c’est encore plus agréable que sur ce dernier.

Et première fois sur smartphone, l’écran partagé. Avec un appui long sur le bouton retour, une barre apparait qui permet de choisir l’application qui va être sur l’autre bout de l’écran. Ca peut être assez utile lorsqu’on regarde une vidéo et qu’au lieu d’attendre bêtement le chargement, on peut faire un tour sur internet ou twitter, ce genre de chose.

Si Samsung est bon à quelque chose depuis le premier Galaxy S c’est bien le navigateur. Plutôt minimaliste mais très complet, la barre d’action en haut comporte le bouton pour les onglets et les favoris sur la droite, au centre la barre de recherche et à gauche les boutons retours/avancé. En appuyant sur le menu on accède à d’autres options : partager, rechercher, enregistrer, luminosité etc…

Pour ce qui est des performances, le navigateur est tout simplement ce qui se fait de mieux sur mobile. Les chargements sont très rapides, la fluidité des défilements est hors-pair de même que pour le pinch-to-zoom. Depuis Jelly Bean le navigateur ne supporte plus Flash mais de plus en plus des lecteurs de vidéos peuvent être visionnés dans le navigateur sans celle-ci.

Test du Galaxy Note II

Les gestures ou mouvements ne sont pas nouveaux pour Samsung, la marque avait introduit ça sur son S2 et continu de l’intégrer sur ses hauts de gamme. Il y en a pas mal, elles fonctionnent toutes correctement et la firme coréenne a fait un bon travail pour les décrire chacune, ainsi que pour le didacticiel. Le balayage pour prendre un capture d’écran est particulièrement pratique puisqu’on a pas a faire de la gymnastique pour les doigts pour prendre un screenshot, on passe juste la main sur l’écran et c’est fait.

Test du Galaxy Note II Samsung a su créer une expérience utilisateur totalement unique, la marque coréenne a su exploiter au maximum les possibilités que confère le grand écran du Note II ainsi qu’à se démarquer de son smartphone phare.

TouchWizz s’améliore à chaque version, et c’est sans conteste la surcouche la plus complète sur Android. Certains pourraient avoir à redire sur son design mais TouchWizz a vraiment muri, le thème bleu horizon et noir ardoise donne un coté assez sobre et l’ensemble ne rend pas trop mal. Mais le principal atout de cette surcouche n’est pas son esthétisme mais sa réactivité et sa fluidité. Peux d’Android sont à son niveau et dans ce domaine le Galaxy Note II fait un sans faute.

 

S Pen

J’étais plutôt curieux à propos du stylet sur le Note premier, mais j’avais été très vite déçu lorsque j’ai eu l’occasion de l’utiliser. L’écran n’était pas très réactif et le stylet était assez imprécis, que ça soit pour le dessin ou prendre des notes, cela relevait du défi.

Mais avec le Galaxy Note II, Samsung a mis la barre beaucoup plus haute. L’écran du Galaxy Note II est équipé d’un digitaliseur actif Wacom qui reconnait 1024 points de pression contre 256 pour le Note original.

Test du Galaxy Note II

Pour ce qui est du stylet en lui-même, il a changé par rapport au Note original. Il est plus épais, plus long, le bouton sur le coté est plus grand et il est plat pour faciliter son rangement.

Samsung s’est vraiment investi à donner une intégration logicielle pertinente et complet à son stylet, les possibilités qu’elle offre sont assez larges. L’application principale est bien sûr S Note, il permet comme son nom l’indique de prendre des notes, dessiner, faire des montages de photos (dans une moindre mesure). Il permet aussi la reconnaissance des formes, des formules mathématiques, ce dernier fonctionne surprenamment bien, il cherche les réponses dans les bases de données de Wolfram alpha et on peut voir la réponse par le biais d’un navigateur contextuel si on n’a pas l’envie de changer de page. On peut aussi en appuyant sur le bouton entourer une zone pour en faire une capture d’écran.

Test du Galaxy Note II

La réactivité et la précision du stylet se sont vraiment améliorés, je ne dirais pas que c’est aussi précis qu’avec un crayon et du papier mais le dessin et la prise de note sont aisément faisable. Voici quelques dessins que j’ai eu l’occasion de faire.

Test du Galaxy Note II

La reconnaissance des formes marche très bien

Test du Galaxy Note II

Ce qui était une déception sur le Note original est une très bonne surprise sur son successeur. Le stylet est assez bon pour que cet aspect ne soit pas qu’une fonctionnalité parmi tant d’autres, mais un vrai élément différenciant.

 

Caméra

L’APN arrière du Galaxy Note II peut prendre des photos de 3264×2448 pixels et des vidéos 1080p tandis que la caméra frontal peut aller jusqu’à 1280×960 et des vidéos 720p.

L’interface de l’application « appareil photo » est typique des Androids de Samsung, avec en bas le bouton pour prendre les photos, le raccourci vers la galerie et le bouton pour changer du mode photo à vidéo. En haut on a 4 boutons pour l’ensemble des paramètres et un 5° pour changer entre la caméra frontale et arrière.

test du Galaxy Note II

L’application offre un nombre assez important de fonctionnalité : Geotagging, HDR, Panorama, prise en rafale etc…Comme sur les HTC One, le Note II est capable de prendre des photos de 8mpx (ou 6mpx dépendamment du ratio) pendant qu’on filme. La prise en rafale permet aussi d’avoir une fonctionnalité « meilleur photo » qui choisit pour vous la meilleure prise.

L’APN de 8mpx est un capteur BSI d’une ouverture de F/2.6 et d’une lentille focale de 3.7mm. Il s’agit du même appareil photo que celui du Galaxy S3. Le capteur est de bonne qualité, en journée les prises sont détaillées, précises et la reproduction des couleurs est assez fidèle. En faible luminosité, le niveau de bruits n’est pas très élevé, les images sont plutôt détaillées mais elles deviennent vite sombres dès que la lumière faiblit.

Voici quelques photos prises en mode HDR sur le Note II.

Test du Galaxy Note II

Test du Galaxy Note II

Test du Galaxy Note II

Test du Galaxy Note II

 

Conclusion

J’étais assez indifférent à l’annonce du Samsung Galaxy Note II, je ne voyais en lui qu’un gros Galaxy S3 équipé d’un stylet. Quelques semaines passées avec lui m’ont fait rapidement changer d’avis, le Note II est un grand pas en avant pour le genre des phablets. L’écran, la batterie et le processeur font de lui une mise à jour majeur pour la gamme du Galaxy Note et un cador du marché.

Avec son design plus fin et moins large, le Note II est beaucoup plus confortable à tenir en main que son prédécesseur, et même si ce n’est pas un appareil fait pour tout le monde, ce remaniement permettra à plus de monde d’utiliser ce smartphone.

Pour ce qui est du logiciel, Samsung fait un sans faute. Le dernier des Note est livré avec la dernière version d’Android Jelly Bean et l’intégration du Stylet est faite avec brio. Si la surcouche n’est pas la plus jolie, elle est fluide, complète et facile à appréhender.

Le concept qui consiste à avoir un appareil tout en un qui réunit la tablette et le smartphone, n’a jamais été aussi près d’être une réalité. L’appareil est suffisamment grand pour faire à peu près tout ce que les tablettes Android font sans avoir l’inconvénient de la compatibilité et assez petit pour remplir les fonctions de téléphone.

Après avoir passé quelques semaines avec, je peux dire que si la tendance est au écran de 5 pouces et plus, le modèle du Galaxy Note II est la bonne voie à suivre. Dans ce domaine Samsung vient encore d’assoir sa position en tant que leader et l’horizon semble toujours sans concurrent sérieux.

En tout cas, le Note II est un excellent téléphone. Si vous avez le premier Note la mise à jour en vaut la peine, si vous voulez vous lancer et que vous avez les poches et les mains pour, c’est un choix que vous ne regretterez pas, mais si en plus de cela vous aimez le dessin ou juste que vous aimez le stylet alors vous serez aux anges.

 

Les bons points :

-  Grand écran de qualité

- Processeur performant

- Jelly Bean et TouchWizz

- Le Stylet

Vous retrouvez bien sûr le Samsung Galaxy Note II dans la boutique de LDLCVous pouvez également aller voir le test du Galaxy Note II réalisé par FrAndroid ici.