La tablette en entreprise soulève toujours de nombreuses interrogations, à commencer par les plus évidentes : à quoi peut-elle servir ? Peut-elle permettre d’augmenter la productivité des employés ? Nous laissons les CEO et autres décideurs répondre à ces deux questions, mais quoi qu’il en soit du côté des clients, le marché a attiré les constructeurs. RIM a par exemple essayé de vendre sa Playbook aux entreprises lors de sa sortie : raté, la plupart préféraient un iPad, malgré la sécurité promise du produit canadien.

Le paradoxe est assez évident : on l’a dit et répété sur LesArdoises, la tablette n’est pas – encore – un outil de productivité. Pour nous, elle est plus un objet de loisir et de divertissement, qui nous permet de nous passer du PC pour des tâches qui, seulement très rarement, concernent notre activité professionnelle. Du coup, et même s’il y a des exceptions, il peut être difficile de justifier l’achat d’une tablette tactile dans le cadre d’une entreprise. Microsoft l’a compris et prend le problème à l’envers – et ils pourraient toucher très juste.

Les tablettes sous Windows 8 pourront être des outils de travail, notamment grâce à la suite Office repensée pour un usage tactile : même si elles ne remplaceront pas un ordinateur de bureau, elles pourraient être de puissantes solutions pour bosser en déplacement. Microsoft a donc annoncé que ses tablettes ARM disposeraient également d’outils qui leur permettront de se connecter potentiellement aux applications professionnelles et aux serveurs des entreprises. L’idée est que l’employé qui a une tablette Windows 8 chez lui et l’utilise comme vous et moi puisse également l’apporter au bureau et s’en servir comme un outil de travail. L’outil « SSP for ARM device » sera donc un programme permettant aux administrateurs réseau d’installer directement des applications pro sur l’interface Metro des tablettes, sans passer par les certifications du Windows Store.

De même, cela ouvre la possibilités pour les entreprises de créer des applications Windows RT pour que les clients puissent se connecter aux répertoires réseau et au serveur de mail de l’entreprise sans avoir besoin d’un appareil en x86 géré depuis Active Directory. L’interface Metro personnalisée par l’entreprise pourrait également disparaître une fois que l’employé quitte le réseau professionnel et revenir telle quelle le lendemain. L’idée de Microsoft nous semble très bonne sur le papier, à voir si ses qualités lui permettront de déstabiliser l’hégémonie de l’iPad en entreprise en pratique.

via : The Verge