Vous les croyez morts, enterrés et hors jeu, chez HP ? Après la Grande Braderie des Touchpad qui leur a fait perdre un bon paquet de dollars et l’aveu fait au Figaro un peu plus tôt dans la semaine par la nouvelle tête du groupe, qui annonçait que la firme allait probablement être dépassée par Apple sur le marché de l’informatique traditionnelle en 2012, on les sentait mal partis pour de nouvelles expérimentations… mais nous avions tort. Non, cette fois-ci, il n’est pas question de Touchpad, ni même de WebOS : les tribunaux anglais devraient être peu à peu équipés en tablettes tactiles et c’est HP qui  fournit le matériel.

Le gouvernement grand breton a estimé qu’une telle modernisation des tribunaux permettrait d’économiser à peu près 58 millions d’euros, gagnés par l’abandon du traditionnel papier, ni écologique, ni économique. C’est assez intéressant de voir que la crise pousse la modernisation dans le bon sens : le Crown Prosecution Service n’aurait certainement pas eu cette brillante idée s’ils n’avaient pas vu leur budget réduit de 25% pour l’année à venir.

De quelle tablette s’agit-il ? Nous n’avons pas de détail, mais apparemment, un modèle sous Windows, soit recyclé par HP (après tout, ces tablettes n’auront pas besoin d’être des bêtes de puissance, ne servant qu’au stockage et à la lecture de documents), soit converti du grand public ou du monde de l’entreprise pour répondre aux exigences des magistrats – tablettes qui coûteront, chacune, quand même, un peu plus de 1000€. En plus de l’économie en monnaie sonnante et trébuchante à moyen terme, l’efficacité risque d’être grandement améliorée : les procureurs recevront instantanément les documents de la part des bureaux de police, documents qui seront tout aussi facilement mis à disposition des avocats. Moins de paperasse, moins d’intermédiaires, plus de temps pour agir et exercer son métier : que demander de mieux ?

« By April 2012 the aim is to have all criminal justice system agencies transferring information digitally » (L’objectif est qu’en avril 2012, toutes les agences s’occupant de la justice criminelle puisse s’échanger des informations numérisées).

- dixit un porte-parole du Service des Cours et Tribunaux de Sa Majesté pour The Guardian

Profitons de cette occasion assez rare pour sonder nos lecteurs juristes ou étudiants en droit : avec la quantité de papier que représente les différents Codes et textes de loi français, avez-vous envisagé un passage au numérique ? Est-ce seulement possible en France ?

via : The Guardian