C’est vrai que l’on y avait pas encore fait référence sur LesArdoises, mais Windows 8 sera la première plateforme tactile à nécessiter une licence d’utilisation payante. Android n’a pas ce problème, évidemment, et les autres constructeurs, que ce soit HP avec feu webOS, RIM avec QNX ou Apple avec iOS ont la possibilité de définir leur propre prix dans la mesure où ils vendent le logiciel avec le matériel. Windows ne s’est, lui, jamais commercialisé comme cela : quand vous achetez un ordinateur avec le système préinstallé, vous avez forcément payé la licence pour le produit.

Cette différence pourrait être plus importante qu’on ne le croit à l’heure où le prix des tablettes tend à chuter : un constructeur ne pourra jamais s’aligner sur Amazon ou Android avec des tablettes Windows 8 RT, dans la mesure où, après l’achat, le système ne lui rapporte plus rien. Il ne faut pas se leurrer : si Google se met à vendre une Nexus Tab entre 150 et 250€, la vente du matériel à perte sera amortie par l’affichage de la publicité et, avec un peu de chance, l’achat de contenu via les offres Play. C’est comme cela que fonctionne Amazon avec son Kindle Fire.

Mais pour un Asus, un Lenovo ou un Acer qui voudrait vendre une tablette Windows 8 RT, il faut, en plus de proposer un prix concurrentiel pour le matériel, penser au fait qu’une licence coûte entre 80 et 100 dollars. Cette somme n’est pas anecdotique : imaginez que sur une Transformer Prime vendue, Asus gagne 100€, sur une tablette équivalente avec Windows, il ne gagnera plus qu’une dizaine d’euros… ou devra la vendre 100€ de plus que la tablette Android, et du coup, s’éloigner des prix du marché. Dans l’absolu, on arrive à une situation ou une tablette sous Windows 8 RT à 489€, comme le moins cher des iPad, ne pourra pas être à son niveau d’un point de vue technique, à moins que le constructeur réduise grandement sa marge ou que Microsoft propose une remise conséquente, deux alternatives qui ne semblent pas commercialement viables.

C’est entre autre pour cela que, d’après Digitimes, qui ne dit pas que des bêtises, les constructeurs craignent que les tablettes Windows 8 RT soient un pari très risqué pour eux, dans la mesure où les logiciels Windows classiques ne sont pas compatibles avec cette version du système : pas d’application, pas d’acheteurs, pas de développeurs, le cercle vicieux de QNX, webOS ou dans une moindre mesure Android sur tablettes pourrait se reproduire. Et eux, de leur côté, auraient dépensé des sommes colossales en licence en plus d’avoir investi du côté matériel.